Tranches de vie (d’anges)

Lalie – Heille, Maman, le savais-tu que les bébés varans de Komodo se roulent dans le caca pour ne pas se faire manger par leurs parents?

Mère indigne – Eurk.

Lalie (l’oeil sur les trop nombreuses crottes du chien qui dégèlent mollement dans la cour arrière) – C’est vraiment une bonne idée.

Mère indigne – Tu le sais que je ne veux pas te manger, hein? DIS-MOI QUE TU LE SAIS!

***

Lalie – Maman, arrête de me regarder le d’sous de bras. Tu le sais que c’est mon coin faible.

***

Lalie – Je veux jamais devenir milliââârdaire.

Mère indigne – Ah bon, pourquoi?

Lalie – Ça me rendrait trop fraîche-pète.

***

Lalie, en voiture – OK tout le monde! Je voulais pas vraiment vous en parler, mais comme c’est là, je sue de la vulve.

***

Lalie – Heille Maman, tchèque mon bulletin. Regarde pas trop les maths, là, mais je suis la meilleure en français et en arts!

Mère indigne – Ben, écoute, c’est génial. Tu ne deviendras jamais milliardaire.

***

Pendant la fête d’anniversaire de Céline, alias Belle-soeur chérie:

Soeur indigne – Il est où, Père indigne?

Mère indigne – Oh, il était crevé, il est resté à la maison.

Soeur indigne (la méchanceté incarnée) – T’es sûre?

Mère indigne – Ben… oui?

Soeur indigne (alias Cruella) – C’est tout ce qui compte…

Mère indigne – Prffft. Tu vas voir. (*pitonne pitonne*) Allo, chéri? Ça va? Tu te reposes bien? Super! Bye. (*pitonne*) Il est à la maison.

Fille aînée – C’est parce que tu l’as appelé sur son cell.

Mère indigne – …

Soeur indigne et Fille aînée – …

Mère indigne – Ah, pis vous me faites toutes SUER DE LA V–

Invités – BONNE FÊÊÊTE CÉLIIIINE, BONNE FÊÊÊTE CÉLIIIINE…

Image 28

***

Démontrant une fois de plus son habileté technologique sans égal, Mère indigne s’est créé une page Facebook rien qu’à elle  (je découvre Madonna et aussi les cupcakes ces temps-ci, c’est vous dire à quel point je suis « in ».) Bienvenue à tous, à toutes et même aux autres!

Share
Publié dans Fille aînée, Humiliation, Lalie, Père indigne, Saletés, Soeur indigne, Tranches de vie (d'anges) | 6 commentaires

Votre ado et vous: Parlons sexe

Parlons sexe, parlons sexe… Je veux dire: parlons sexe entre nous, là. Parce que les ados, hein, le sexe, ils veulent rien savoir. D’en parler en tout cas. Avec nous.

Vous aviez remarqué vous aussi, hein? Avant, c’était facile. Quand ils sont petits, « Maman, comment on fait bébés? », ça revient à tout bout de champ dans la conversation. C’est pas compliqué, dans le temps, j’ai bien dû répondre mille fois à Fille Aînée « demande à ton père ». Et quand vient le temps de jaser organes avec les petits, le plaisir est aussi au rendez-vous: la seule mention, même (surtout?) hors contexte, des mots « pinistre » et « vulle » suffit à déclencher l’incontinence festive chez les dix ans et moins.

Ils repoussent sans cesse les limites, les plus jeunes. Pas plus tard que tout à l’heure, dans un souci manifeste d’éducation sexuelle multiculturelle, Bébé m’a demandé comment on disait « je me touche les fesses » en arabe. Admirable, il n’y a pas d’autre mot.

En plus, quand ils sont petits, le sexe, ils ne veulent pas juste le savoir; ils veulent le voir. L’autre jour, je suis tombée sur une reproduction au crayon à mine de ma vulgre exécutée par la sus-mentionnée Bébé et je vous jure, elle en sait plus que moi sur mon propre corps (je jure aussi que dorénavant, je prendrai mon bain en maillot).

Mais voilà que par une nuit de pleine lune, il leur pousse un poil en dessous du bras et tout change.

Quand on leur demande « Sais-tu comment on fait les bébés? » pour vérifier que, tout de même, quelqu’un d’autre leur a expliqué grosso modo comment ça se passe dans les coulisses de la procréation, on se fait regarder comme si on venait de leur offrir de manger la crotte de nez d’autrui. Nous, les parents, constamment guidés par un souci de se tenir au courant de l’évolution de nos proto-adultes dans leur cheminement vers leur (dégoûtante et impensable) maturité sexuelle, nous menons  subtilement l’enquête à l’aide de questions telles que « pis, Guillaume pis toi, vous avez-vous-tu frenché? » ou encore « tu le sais-tu vraiment où insérer ton tampon? Jure-lé! » et tout ce que nous récoltons, ce sont les regards méprisants de ces jeunes âmes aigries qui refusent d’apprendre.

Mais alors, comment faire pour s’assurer que notre message éducatif sexuel clair, avisé et jovial (genre) soit entendu? Facile. Il faut rejoindre les ados par des outils qu’ils utilisent chaque jour. Ainsi, avant-hier, j’ai texté à Fille Aînée un enthousiaste « Google donc ‘clitoris’! » et sur son mur Facebook, j’ai mis un lien vers un site qui décrit à l’aide d’images rigolotes les dangers d’introduire les quatre groupes alimentaires dans les jeux sexuels. Ah, et puis l’autre jour, j’ai carrément inséré son iPod dans un condom – elle saura en tirer ses propres conclusions.

Bref, mon conseil numéro 3 aux parents démunis quand vient le temps de parler de sexe avec une créature de 15% à 90% pubère:

CRÉER DES PONTS À L’AIDE DE LA TECHNOLOGIE (Fig. 1)

PowerSexe

Fig. 1: Mère indigne créant un pont technologique vers la connaissance sexuelle

Une fois que le pont est créé, il faut juste que l’ado ciblé mette le pied dessus. Et ça, je ne sais pas pourquoi, à date c’est pas fafa.

 

Share
Publié dans Ados mode d'emploi, Fille aînée, Saletés, Uncategorized | 24 commentaires

Votre ado et vous: les conseils de Mère indigne

Vous savez comment ils sont, les ados.

Quand ils se lèvent à une heure de l’après-midi, épuisés d’avoir tant dormi, il est difficile de les enrôler pour une activité familiale, si amusante et épanouissante soit-elle – et je ne parle pas seulement de faire le ménage.

Dire qu’il y a à peine quelques années, leurs yeux s’illuminaient à la simple idée de vous accompagner au travail et de pouvoir prendre un gobelet d’eau direct de la grosse canisse en appuyant sur le bouton bleu (le bouton rouge, vous le lui interdisiez parce que même pour vous, ça n’est pas clair à quoi il sert, le bouton rouge)! Aujourd’hui, c’est une autre histoire. Même une proposition de sortie au cinéma ou au centre commercial (agrémentée de la promesse qu’ils pourront garder leurs écouteurs de iPod dans leurs oreilles en tout temps) risque de vous valoir un regard vitreux et une bouche semi-ouverte sur des dents semi-propres, expression adolescente universelle signifiant « mazette, Maman, ne comprends-tu pas que dans ce monde à moitié fou où les oiseaux chantent faux et où les humains meurent de trop exister, ma chambre est mon seul refuge? »

Vous savez de quoi je parle, hein? Vous le savez tellement. Mais que faire?

La vile séduction rhétorique, voilà la solution. Oui, il vous faudra trouver les mots pour attirer irrésistiblement votre adolescent vers vos projets, tel un papillon de nuit sauvage et avare de solitude qui, malgré lui, volera le sourire aux lèvres vers la flamme brillante de vos intentions occupationnelles parentales. Résumons ainsi mon conseil #2:

COÛTE QUE COÛTE, SUSCITER L’ENTHOUSIASME (voir Fig. 1)

Enthousiasme

Fig. 1: Mère indigne suscitant l’enthousiasme.

Note: Souvent, il vous faudra combiner la rhétorique enthousiaste à un accompagnement manu-militari de votre ado ligoté vers votre voiture dont le moteur tourne déjà et dont vous aurez le contrôle unique du verrouillage des portières. Bon amusement en famille!

Share
Publié dans Ados mode d'emploi | 2 commentaires

Contre nature

Pour bien commencer la semaine, un aperçu des Chroniques d’une fille indigne, qui paraîtront dans exactement 6 mois et 22 jours chez Hamac-Carnets. (J’écris ça pour mettre de la pression à Sophie Imbeault, mon éditrice indigne mais pas assez pour ne pas être stressée avec ça.)

On peut y voir Lalie qui démontre son enthousiasme délirant pour tout ce qui est air pur et petits oiseaux.

Image 20

Je pense qu’on avait fini ça au centre d’achats.

Share
Publié dans Fille indigne - Ze BD, Lalie | Laisser un commentaire

Votre ado et vous: les conseils de Mère indigne

Ça devait arriver, Fille Aînée s’est transformée en Ado Rebelle. Et tout le monde m’avait prévenue: « Tu vas voir, l’adolescence, c’est l’enfer! »

Pfff, même pas!

Je pense que je dois vraiment avoir l’instinct maternel adolescent très développé, parce qu’aussitôt les 13 ans de Fille Aînée arrivés, je me suis retrouvée comme un grand requin blanc devant un phoque bien en chair : parfaitement à l’aise et persuadée d’avoir ce qu’il faut pour en venir à bout.

Mais pour naviguer dans la puberté avec du sang froid, de l’aisance et un bienheureux sentiment de supériorité, ça prend des trucs. Je vais vous les donner, tous les vendredis. (Me semble que c’est un bon jour pour savoir comment approcher son adolescent, le vendredi, avec l’école qui refuse toujours de s’en occuper le samedi et le dimanche.)

Commençons par le commencement: l’émerveillement. On fait ça avec nos tout-petits, les émerveiller avec un rot bien senti ou une fourmi écrasée, mais nos ados aussi ont soif d’éblouissement. D’où mon premier conseil:

NOURRISSEZ L’ÉMERVEILLEMENT DE VOTRE ADO
POUR LES PETITES CHOSES DE LA VIE (voir Fig.1)

Emerveillement

Fig.1: Fille Aînée face à l’émerveillement contagieux de sa mère

Comme vous le voyez, arrivé au moment critique, ça n’est pas nécessairement aux parents d’avoir peur de leurs adolescents.

P.S. Ouaip, c’est moi qui ai créé cette fabuleuse illustration. J’ai vu un docu sur Léonard de Vinci l’autre jour et ça m’a inspirée.

Share
Publié dans Ados mode d'emploi, Fille aînée, Saletés | 12 commentaires

Tweetfight et autres saletés

Oubliez Picasso et sa période bleue ou le Tricolore et ses trois périodes. Rien n’est comparable à Lalie et à sa période sale.

C’est pas compliqué, pendant quelques semaines, tout était « sale ». Ça ne la dérangeait pas vraiment, elle ne s’est (malheureusement) jamais mise à laver et à stériliser toute la maison, mais rien ne trouvait grâce à son oeil de Madame Nette.

Particulièrement déstabilisants furent les petits textes composés durant cette belle période:

Image 33Image 34

Image 32

On remarquera ma tentative désespérée pour mettre un peu de gaieté dans ce monde sordide (les petites fleurs dessinées d’une main tremblotante).

Toujours est-il que Francis Desharnais s’en est inspiré pour nos Chroniques d’une fille indigne. Je trouve que le regard fou de Lalie est particulièrement bien rendu.

sale

Vous me direz que je ne suis pas super objective mais reste que ça va être salement bon, cette BD.

***

Pour le tweetfight, c’est ce matin, à 9h pile, @MereIndigne vs @EmilieOuellette. L’humoriste Émilie Ouellette et moi on va jouer à « c’est qui la plus indigne », une belle occasion de parler de son Projet 100 000 (si elle ramasse cent mille inscriptions, un producteur va lui organiser une tournée dans tout le Québec – inscrivez-vous si ça n’est pas déjà fait, ça n’engage à rien et ça prend 9 secondes (12 si vous n’avez pas votre méthode de dactylo)). Moi, je dis qu’elle n’a qu’à promettre de faire un numéro vêtue uniquement d’une couche pour ramasser un million d’inscriptions, mais elle est réticente , la pauvre, je crois qu’elle a peur des courants d’air. Enfin, si ça vous dit, venez faire un tour sur Twitter tantôt et joignez-vous au concert des indignes (#MèreFight)! On va en apprendre des belles.

 

Share
Publié dans Amis, Fille indigne - Ze BD, Lalie, Saletés | Laisser un commentaire

Fatale distraction

ÉTÉ 2012

Lalie – Maman, sens mes fesses.
Moi – Non.
Lalie – S’te plaîîît! Juste une fois!
Moi – Non.
Lalie – Si tu ne sens pas mes fesses, je ne vais pas aller dans la piscine avec toi.
Moi – Euh, d’accord.
Lalie – … BEN LÀ! J’voulais y aller aussi, dans la piscine!
Moi – Hinhinhin.

HIVER 2013

Moi- Heille, chérie, habille-toi, on va aller promener le chien.
Fille Aînée – Arffff. Ça me tente pas.
Moi – Voyons, regarde dehors! Il fait super beau! Allez, on y va.
Fille Aînée – Non.
Moi – Si c’est comme ça, tu vas aller promener le chien toute seule.
Fille Aînée – Pas de problème. Tant qu’à faire, j’aime mieux ça.
Moi – …
Fille Aînée – Pour marcher à mon rythme pis toute.
Moi – BEN LÀ! Je voulais y aller aussi, promener le chien!
Fille Aînée – Cette conversation me rappelle vaguement quelque chose.
Moi – Grrrrrr.
Fille Aînée – Hinhinhin.

***

On dirait qu’il n’y a pas de différence entre les deux anecdotes, hein? On dirait vraiment que j’ai le jugement d’une enfant de six ans, incapable de voir que je me dirige tête baissée dans un piège grossier. Hé bien, vous vous trompez lourdement! Il y a une ÉNORME différence entre l’été 2012 et l’hiver 2013. La différence, c’est que vu que je suis une adulte, détentrice non seulement de l’autorité suprême mais aussi d’une tendance sournoise à la tricherie, j’ai sauté dans mes bottes juste avant que Fille Aînée sorte avec le chien et je les ai accompagnés quand même sans qu’elle puisse RIEN FAIRE pour m’en empêcher. In your rythme’s face, adolescente sauvage.

***

Note à moi-même: Songer à changer le nom de Fille Aînée pour Ado Rebelle.

Share
Publié dans Fille aînée, Humiliation, Lalie | 6 commentaires

« Kéveune », une comédie musicale en 4 tableaux

(N.D.M.I. Heille, grosse nouvelle: après toutes ces années d’interlude, Bébé n’est plus un bébé. Elle a sept ans et demi et ça fait au moins six ans qu’elle est en pleine crise d’adolescence. Tout ça pour vous dire qu’on va arrêter de l’appeler Bébé et on va la rebaptiser Lalie. Ça va être son nom dans la BD, mieux vaut en prendre tout de suite l’habitude. D’ailleurs, c’est elle qui nous a imposé ce prénom (enfin, elle nous a dit « Je veux m’appeler soit Chrysanthème, soit Lalie », alors je considère qu’elle nous a un peu forcé la main pour Lalie). Pour ceux qui sont habitués sur Facebook à ce qu’elle s’appelle Emma, quelle chance vous avez! C’est super bon pour le cerveau, les exercices de souplesse mentale. Qu’on se le dise: Mère indigne fait du bien à l’hippocampe.)

***

Alors voilà: LALIE (c’est joli, quand même) se cherche désespérément un amoureux. J’ai protesté, je lui ai dit qu’elle devait tout faire pour rester une femme indépendante, fière et libre (toutes des qualités qui font baisser le risque d’attraper des poux), mais ça lui est rentré par une oreille et sorti par l’autre. Je n’y pouvais rien: la chasse était ouverte.

À leur âge, Réseau-Contact est exclu et de toute manière, les enfants ne pourraient rien mettre d’intéressant sur leur fiche (« Ma mère m’interdit d’aller faire du surf en Jamaïque ou des marches seul en forêt, mais j’aime lire, surtout Caillou », ça n’est pas très vendeur). Lalie s’est donc rabattue sur le bassin de garçonnets de son école et a porté son choix sur un dénommé KÉVEUNE, prénom dont j’ai changé l’orthographe pour préserver l’anonymat de l’ami en question, et qui signifie « beau garçon » en irlandais et « paquet de troubles » en langue enseignante. Voici une reconstitution des faits tels qu’ils se sont déroulés cette semaine.

LUNDI

Lalie – Heille, maman! Demain, GRAND JOUR! Je déclare ma flamme à Kéveune! Il est gentil, il est drôle, il est intelligent… J’aime ses mitaines… J’aime son foulard… OH MY GOD JE VEUX METTRE SA SALOPETTE!

Moi – Tant que tu ne risques pas d’attraper ses poux.

MARDI

Lalie – Bon, c’est aujourd’hui que ça se passe, Kéveune manque jamais l’école. Pendant que je me brosse les dents, peux-tu écrire ma déclaration?

Moi – Euh, non.

Lalie – Ben là! Je sais pas écrire tous les mots, moi.

Moi – Ça va être vraiment plus chouette [pour moi de ne pas passer pour une folle si ton prof tombe là-dessus] pour Kéveune d’avoir une lettre écrite de ta main.

Lalie – Ah, ouain, OK.

MERCREDI

Lalie – J’ai donné ma lettre à Kéveune. Il veut du temps pour réfléchir.

Moi – À sept ans, il veut réfléchir? Quelle sagesse. Il cotise à ses RÉERs, aussi? Il se met lui-même une limite de temps quand il joue à l’ordinateur? Il repasse ses chaussettes? Il a un compte LinkedIn?

Lalie – En attendant, j’ai demandé à Marie-Soleil et Guillaume si je pouvais faire partie de leur couple parce que je les trouve gentils, mais Guillaume a pas voulu.

JEUDI

Lalie – Kéveune m’a répondu. Il a dit « oui-non ».

Moi – « Oui-non »?

Lalie – Il m’a dit que ça voulait dire « des fois oui, des fois non ».

Moi – …

Lalie – Je pense que ça veut dire non.

Moi – J’ai quelques amies qui pourraient bénéficier de tes talents d’interprétation.

***

Bref, ils vont rester amis et se retrouver sur Réseau-Contact dans trente-deux ans, et rendus là, coudonc, ils feront ben ce qu’ils veulent. À cet âge-là, normalement, je ne devrais plus me préoccuper de leurs poux.

Ah oui, j’ai dit dans le titre de l’article que c’était une comédie musicale. C’est parce que depuis ce matin (VENDREDI), Lalie n’arrête pas de chanter « Il court, il court, le furet, le furet du bois Mesdames » et franchement, ça ne peut pas être uniquement une coïncidence.

Share
Publié dans Bébé, L'amour, toujours l'amour, Lalie | 22 commentaires

Maudit Facebook et autres nouvelles super importantes

Maudit Facebook!

Ben oui, maudit Facebook. Je dirais même damné et abominable Facebook. Imaginez-vous donc qu’il se passe des choses dans le domaine de l’indignité et si vous ne le savez pas, c’est à cause de (cet odieux) Facebook. Parce que j’ai tout mis sur (ce diabolique) Facebook et rien ici.

En bref:

1. Fille aînée a grandi, elle me dépasse et elle a maintenant plus de poitrine que moi. Mais ça n’est pas pour ça que je vous écris aujourd’hui. Ça, je ne peux pas en parler, elle veut pas. (Mais on en reparlera un jour. Parce que c’est pas facile de faire des câlins à son adolescente qui a plus de boules que soi. En plus, maintenant, il faut que je me mette sur la pointe des pieds pour lui donner un bisou sur le front – c’est totalement contre-nature. Et elle m’emprunte mon rasoir, MON rasoir, comme si de rien n’était. Ça n’est pas comme une brosse à dents, un rasoir? Et Fille aînée utilise aussi des tampons mais ça, je m’en fiche parce que j’ai un stérilet et que je n’ai plus jamais de règles, moi, ce qui la rend folle de jalousie d’autant que je me fais un plaisir de le lui répéter. Hin hin hin. En tout cas, comme je vous dis, on en reparle.)

2. Eugénie a grandi et elle est devenue gentille. Alors je ne peux plus en parler non plus. Prenez note: on ne peut se fier à personne.

3. Le chien n’a pas grandi, ça n’était pas son genre, mais il a vieilli et il n’a jamais été très intéressant. Alors on oublie ça aussi.

4. Bébé a grandi, et c’est là que ça devient intéressant. Parce qu’en grandissant, elle est devenue plus indigne que moi. (Je pourrais m’écrier « C’est pas ma faute! » mais ça serait oublier à quel point vous me connaissez.) Et ce qui se passe, c’est que j’ai pris l’habitude de relater les aventures de Bébé sur (ce méchant) Facebook. Comme, par exemple, ce classique: l’histoire de Babine.

Bébé – Maman, as-tu vu Babine?
Moi – C’est qui, Babine?
Bébé – C’est mon pet. Il est sorti de mes fesses tantôt et je le trouve plus.

Des perles (parfois odorantes) comme ça, Bébé en a sorti par milliers. Bon, j’exagère, mais par centaines, ça, c’est sûr. Je le sais parce que mon éditeur m’a proposé de faire un livre avec. J’ai dit « Ah, non, pas un livre de mots d’enfants. C’est quétaine, les mots d’enfants. Tous les enfants en disent, des mots d’enfants. Et si je fais un livre avec les mots d’enfants de ma propre fille, ça va détruire mon image de mère qui pense rien qu’à elle. » Mon éditeur a répondu: « On pourrait en faire une BD. » Et là, j’ai oublié tout le reste et j’ai dit oui, oui, OUI, comme à chaque samedi soir quand Père indigne et moi on regarde un nouvel épisode de Homeland. Ça fait du bien, parfois d’oublier tout le reste. Et ça va donner ça:

babine

C’est Francis Desharnais qui illustre très indignement et magnifiquement le tout – et il dévoile aussi quelques autres crayonnés sur son site (moi qui voulais vous les présenter au compte-gouttes, c’est raté, merci Francis pour cette belle occasion qui m’est offerte de lâcher-prise).

Alors, si je récapitule, ça donne ceci: Les chroniques d’une fille indigne vont paraître, étalées sur un jouissif 140 pages, chez Hamac en septembre prochain.

Et je vais tâcher de jouer dans le dos de (ce pauvre, finalement) Facebook un peu plus souvent.

Share
Publié dans Bébé, Fille aînée, Fille indigne - Ze BD | 35 commentaires

Chronique échevelée

Mère indigne – Regarde bien ta mère, chérie. Le 10 juin, je vais me faire raser la tête pour les enfants atteints de cancer!

Fille Aînée – Hum. Oui. C’est… c’est gentil. Mais tu sais, je ne crois pas qu’avoir la tête rasée, ce soit vraiment le style qui t’ira le mieux…

Mère indigne – Mais… c’est pas grave, ça… Je le fais pour la bonne cause…

Fille Aînée – Tu vas quand même passer tout l’été avec une coupe de cheveux un peu… laide. Ça aurait peut-être été préférable que tu le fasses l’hiver, tsé, pour pouvoir mettre une tuque?

Mère indigne – …

Fille Aînée – Mais bon. C’est vraiment un beau geste, j’imagine.

***

Mère indigne – Regarde bien ta femme, chéri! Le 10 juin, je vais me faire raser la tête pour les enfants atteints de cancer!

Père indigne – Génial.

Mère indigne – C’est pour la bonne cause… et ça repousse… et je vais porter des chapeaux…

Père indigne – Tu n’es pas en train de me demander la permission, là? (Traduction: « Assume. »)

Mère indigne – Non, non… (Traduction: « Mautadine, je vais le faire, d’abord. »)

***

Mère indigne – Regarde bien ta mère, Bébé. Le 10 juin, je vais me faire raser la tête pour les enfants atteints de cancer!

Bébé – Le 10 juin, c’est ma fête?

Mère indigne – Non.

Bébé – Ah. (Traduction: « Bof. »)

Mère indigne – Mais ça va être spécial quand même! Maman n’aura plus de cheveux sur la tête!

Bébé (avec un début d’enthousiasme) – Je vais être là quand tu vas te les faire raser?

Mère indigne – Oui!

Bébé (franchement exaltée) – Est-ce que ça va être MOI qui vais te les raser?

Moi – Non.

Bébé – Ah.

***

Père indigne – Ma mère va nous envoyer un chèque de 150$ de Begique. Cent dollars pour Leucan, et cinquante dollars pour que les filles s’achètent quelque chose.

Fille Aînée et Bébé – Yé!!!

Mère indigne – Tu diras à ta mère que les filles veulent faire un don pour Leucan.

Fille Aînée et Bébé – Aaah…

***

Bon, sinon, les filles et. al., je me suis creusée les méninges pour rendre ma perte de cheveux encore plus intéressante pour vous. J’ai une offre simple mais extraordinaire à vous faire (attention aux majuscules):

Si vous faites un DON de 5$* ou plus sur mon profil Leucan, je vous envoie par la poste ce MAGNIFIQUE SIGNET conçu par nulle autre que la merveilleuse ÉLISE GRAVEL!!


Qui plus est, l’envers du signet sera dédicacé par TOUTE LA FAMILLE INDIGNE (incluant Jean-Louis XXX – je ne lui ai pas demandé, mais il va dire OUI)!

Vous n’avez qu’à FAIRE UN DON et m’envoyer votre adresse postale à caroline.all@gmail.com. Pour les généreux de la première heure, n’ayez crainte, cette offre SENSATIONNELLE s’applique aussi à ceux qui ont DÉJÀ fait un don.

P.S. (tant qu’à faire) Et si j’atteins 5 000$ cette semaine, je vous écris une chronique INÉDITE sur un épisode de ma vie de famille je m’étais jusque-là refusée à partager avec vous.

(*Le montant minimum, c’est pour que le don dépasse quand même un peu le coût du timbre et de l’enveloppe. ;-) )

***

Voilà! C’est tout pour le moment. Je vous tiendrai au courant pour d’autres étapes importantes de mon défi Leucan (ex., rendue à 7000$, me faire filmer en train de chanter « Maman la plus belle du monde » dans un karaoké et devenir la risée de YouTube). Bonne semaine!

Share
Publié dans l'anarchie la plus totale | Commentaires fermés