Share

Votre ado et vous: Parlons sexe

Parlons sexe, parlons sexe… Je veux dire: parlons sexe entre nous, là. Parce que les ados, hein, le sexe, ils veulent rien savoir. D’en parler en tout cas. Avec nous.

Vous aviez remarqué vous aussi, hein? Avant, c’était facile. Quand ils sont petits, « Maman, comment on fait bébés? », ça revient à tout bout de champ dans la conversation. C’est pas compliqué, dans le temps, j’ai bien dû répondre mille fois à Fille Aînée « demande à ton père ». Et quand vient le temps de jaser organes avec les petits, le plaisir est aussi au rendez-vous: la seule mention, même (surtout?) hors contexte, des mots « pinistre » et « vulle » suffit à déclencher l’incontinence festive chez les dix ans et moins.

Ils repoussent sans cesse les limites, les plus jeunes. Pas plus tard que tout à l’heure, dans un souci manifeste d’éducation sexuelle multiculturelle, Bébé m’a demandé comment on disait « je me touche les fesses » en arabe. Admirable, il n’y a pas d’autre mot.

En plus, quand ils sont petits, le sexe, ils ne veulent pas juste le savoir; ils veulent le voir. L’autre jour, je suis tombée sur une reproduction au crayon à mine de ma vulgre exécutée par la sus-mentionnée Bébé et je vous jure, elle en sait plus que moi sur mon propre corps (je jure aussi que dorénavant, je prendrai mon bain en maillot).

Mais voilà que par une nuit de pleine lune, il leur pousse un poil en dessous du bras et tout change.

Quand on leur demande « Sais-tu comment on fait les bébés? » pour vérifier que, tout de même, quelqu’un d’autre leur a expliqué grosso modo comment ça se passe dans les coulisses de la procréation, on se fait regarder comme si on venait de leur offrir de manger la crotte de nez d’autrui. Nous, les parents, constamment guidés par un souci de se tenir au courant de l’évolution de nos proto-adultes dans leur cheminement vers leur (dégoûtante et impensable) maturité sexuelle, nous menons  subtilement l’enquête à l’aide de questions telles que « pis, Guillaume pis toi, vous avez-vous-tu frenché? » ou encore « tu le sais-tu vraiment où insérer ton tampon? Jure-lé! » et tout ce que nous récoltons, ce sont les regards méprisants de ces jeunes âmes aigries qui refusent d’apprendre.

Mais alors, comment faire pour s’assurer que notre message éducatif sexuel clair, avisé et jovial (genre) soit entendu? Facile. Il faut rejoindre les ados par des outils qu’ils utilisent chaque jour. Ainsi, avant-hier, j’ai texté à Fille Aînée un enthousiaste « Google donc ‘clitoris’! » et sur son mur Facebook, j’ai mis un lien vers un site qui décrit à l’aide d’images rigolotes les dangers d’introduire les quatre groupes alimentaires dans les jeux sexuels. Ah, et puis l’autre jour, j’ai carrément inséré son iPod dans un condom – elle saura en tirer ses propres conclusions.

Bref, mon conseil numéro 3 aux parents démunis quand vient le temps de parler de sexe avec une créature de 15% à 90% pubère:

CRÉER DES PONTS À L’AIDE DE LA TECHNOLOGIE (Fig. 1)

PowerSexe

Fig. 1: Mère indigne créant un pont technologique vers la connaissance sexuelle

Une fois que le pont est créé, il faut juste que l’ado ciblé mette le pied dessus. Et ça, je ne sais pas pourquoi, à date c’est pas fafa.

 

Share
Ce contenu a été publié dans Ados mode d'emploi, Fille aînée, Saletés, Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

24 réponses à Votre ado et vous: Parlons sexe

  1. Charlotte Moderne dit :

    Mais où est passée Lalie?

  2. Stéphane dit :

    Fiston n’a que 7 ans, mais je prends des notes. Tu as des conseils pour les ados mâles? Je pense que le iPod dans le condom marchera bien.

    Faut bien se rappeler qu’il m’a demandé, cette semaine, « c’est quoi une vulve? » et « c’est quoi la différence entre la vulve et le vagin? »

    Heureusement, il sait consulter Wikipédia.

  3. Geneviève dit :

    Fils de 10 ans à Amoureux qui n’a pas d’enfant : «D. tu avais quel âge quand tu as vu ta première fille toute toute nue là? … Et ça fait quoi comme effet?»

    Beau moment de cafouillages et Mère en état de rires hystériques :D

    • Mère indigne dit :

      On veut savoir la réponse! ;)

      • Geneviève dit :

        Quelque chose du genre : «Euuuuhhhh…. pppppppfffff…. ouan….. ben…. 17 ans pis euhhhhh…… arf….. Ben tsé c’est beau une fille hein…. pppffffff…. Regarde Guillaume, tu as encore beaucoup de temps devant toi avant que ça arrive.»

        J’ai bien aimé le regarde du genre «non mais tsé, tu es d’un clarté toi là» que mon fils lui a lancé :D

  4. Mais qu’est-ce que c’est que cette histoire de faire soi-même ses b.d. Mère Indigne ? Moi qui comptais faire sous-traiter les dessins d’un éventuel Tome 2 en Chine, je crois que je vais plutôt le faire à Laval.

    En tout cas… si jamais vous avez besoin d’un coup de main pour réaliser des illustrations explicites à insérer dans votre Power Point, vous savez où me trouver.

    • Mère indigne dit :

      Le problème, c’est que bricoler des BD affreuses, ça me détend ! Mais rassurez-vous, cher dessinateur, pour les livres (qui s’en viendront, ô que oui), je n’oserais jamais!

  5. AangeZen dit :

    AAAAaaaaaaaaahhhhhh voilà que je te retrouve mère indigne ! Ca faisait un looooong moment que je n’étais pas venue visiter ton blog et quelle joie de lire que rien n’a changé ici !!! Le ipod dans le condom; j’adoooore !

    • Mère indigne dit :

      AAAAAaaaaaaah ben c’est une joie de vous voir toujours au rendez-vous ! Une double épaisseur de condom pour fêter ça ! ;)

  6. Ouellette dit :

    J’anticipe déjà tous ces beaux moments. En attendant, Fillette de 4 ans m’a demandé la semaine dernière en plein heure de pointe à l’épicerie entre 2 canne de tomates : Maman, est-ce qu’on peut se masturber ici?

    Je l’ai envoyé au service à le clientèle!

  7. Christine dit :

    Moi j’ai pris la peine lorsqu’ils avaient 6 ans et 8 ans de leur expliquer vraiment comment on faisait les bébés puisqu’ils arrêtaient pas de m’emmerder sur comment le papa va porter la graine dans la maman. À grands coups de dessins ! Et pour résultat : deux enfants qui se marrent en passant que je les ai niaisés ! (Bon, j’espère qu’ils ont pas traumatisé tous les enfants de leur école en refaisant mes dessins). Au moins, j’ai la pseudo-paix depuis ce temps…

    • Mère indigne dit :

      C’est notre devoir de faire ces dessins. Après tout, sinon, ils n’auront plus de bonnes excuses pour aller chez le psy plus tard. ;)

  8. Je n’ai pas trop de temps ces temps-ci… cela m’aiderait beaucoup avec mon troupeau…
    Puis-je avoir ton powerpoint ;o) ?

    • Mère indigne dit :

      Je l’ai cherché partout depuis tout à l’heure et je ne le trouve plus! Pour que je l’aie jeté, il fallait qu’il soit vraiment très indigne. ;)

  9. Anne-Marie dit :

    Justement, cette semaine:
    Fils de 11 ans: « maman, on a eu des cours de sexe à l’école »
    Moi je pense: « il me le dit? Cool » et je dis: « tu as appris quoi? »
    Lui: « bennnn euhhhhh »
    Moi: « gênant de dire ça a sa mère? »
    Lui: « oui… »
    Moi: « ok, mais si tu as des questions, tu sais que tu peux me demander, je suis infirmière, quand même *tousse tousse*! »
    Lui: « bien, il y a Tel-jeune…. »
    Moi, je pense, bon ok, c’est pas si pire… Et je répond: « de toute façon, tu me connais, je vais rigoler pareil et amener le sujet par l’humour hein… je veux qu’on puisse discuter… » (j’ai déjà commencé d’ailleurs à rire des transfo de la puberté… Il réagit bien comme ça mon gars)
    Et lui, en riant (un peu jaune) : « Ouaisssss… »
    Et je me dis: au moins il y a communication…

    PS: à l’âge où les enfants rigole en disant pipi-caca-vulve-pénis sans cesse, en général, c’est moi qui gagnait la bataille et qui le disait le plus longtemps!!! C’est pas long qu’il arrêtent quand ils voit que ça nous fâche pas!!!

    AM

    • Mère indigne dit :

      Une infirmière, c’est pire que tout. Ma mère était infirmière et quand j’avais des questions, elle donnait toujours beaucoup trop de détails. ;)

  10. Scrogn dit :

    Encore traumatisée de la dernière conversation avec mon plus grand garçon, je suis restée perplexe quant au fait de s’assurer que le MASSAGE éducatif sexuel clair, avisé et jovial (genre) soit entendu. Promis, demain, j’apprends à lire (et je vais me faire soigner).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>