Share

Grand-maman, mes cheveux, Leucan et vous

Vous voyez la dame en rose, sur la photo? Elle est belle, non? C’est ma grand-mère Thérèse. Elle est morte d’un cancer en 1993.

J’adorais ma grand-mère. L’amour inconditionnel, c’était elle. Quand j’en avais marre d’habiter chez Papi et Mamie indignes, je disais « je veux aller chez grand-maman! » Je faisais ma petite valise et ma mère (pas très troublée, pour tout vous dire) allait me reconduire. Me semble que si je ferme les yeux, je peux presque retrouver l’odeur de son cou.

Quelques années avant de mourir, Grand-maman avait eu un cancer du sein et s’en était tirée. Nous, ses petits-enfants, on croyait bien que c’était terminé, sa maladie, et qu’on pouvait oublier cette grande peur que grand-maman en meure. Mais non. Le cancer est revenu et il n’a plus cédé sa place.

Au cours des dernières semaines de sa vie, les membres de la famille se relayaient à son chevet pour l’aider à manger ses repas. Je me souviens bien de la dernière fois que je lui ai parlé: c’était mon tour de garde, alors je m’étais rendue à l’hôpital à l’heure du souper. En arrivant, j’ai vu qu’un de mes oncles s’y trouvait déjà. « Tiens, tu es venu toi aussi? » En fait, c’est moi qui m’étais trompée de jour. Je ne devais y aller que le lendemain, mais en me voyant arriver, ma grand-mère s’est exclamée « Tu es venue! Le bon Dieu a écouté mes prières! » On a jasé de tout et de rien, de mes études, du bon Dieu (Soeur indigne et moi, on voulait absolument qu’elle nous dise, une fois de l’autre côté, si Dieu était un homme ou une femme; ça la faisait bien rigoler). Le jour suivant, le jour de mon « vrai » tour de garde, quand je suis arrivée à l’hôpital, ma grand-mère était inconsciente. Elle est morte quelques jours plus tard. C’est mon étourderie qui m’a permis de lui parler une dernière fois.

Je pense souvent à ma grand-mère. Je regrette qu’elle n’ait pas connu Père indigne et mes filles. En fait, si j’étais une actrice et que je devais pleurer pour un rôle, c’est à ma grand-mère que je penserais, parce qu’elle me manque énormément.

Puis hier matin, j’étais dans le métro. J’ai vu l’annonce pour le défi Têtes rasées de Leucan. J’ai pensé à ma grand-mère, et j’ai pensé « qu’est-ce que ça doit être quand ça arrive à notre enfant? » Et j’ai décidé, comme ça, de participer au défi. Le 10 juin, bzzzz! Je passe à la tonte! Je me suis fixé un objectif de 10 ooo$ de dons. C’est beaucoup, mais ça serait tellement génial d’y arriver! On peut même faire les dons en ligne, c’est trop facile. (Notez que j’ai aussi réquisitionné le contenu de la tirelire de Fille Aînée – c’est plus noble que pour une pizza! ;-) )

Merci infiniment à tous ceux qui participeront. Je vous promets de mettre une vidéo de ma transformation extrême en ligne… question que vous en ayez pour votre argent!

Bonne journée à vous tous, et santé!

P.S. Si des gens préfèrent faire un don par chèque plutôt que via mon profil sur le site de Leucan, envoyez-moi un message à caroline.all@gmail.com pour que je vous donne mon adresse civique. Les chèques doivent être faits au nom de Leucan, mais c’est moi qui les recueille et qui les leur envoie ensuite avec un formulaire de collecte de dons. (Traduction: faites donc un don en ligne! ;-) )

Share
Ce contenu a été publié dans l'anarchie la plus totale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.