Share

Dors, dors, ma petite &*$%#@

Bébé est fatiguée. Crevée. Elle s’est levée à 5 heures du mat’, a fait une sieste embryonnaire à 8 heures (sommeil très bref, elle avait une couche à remplir), et il est maintenant 10 heures. Elle n’en peut plus, et ça paraît.

Je la prends dans mes bras, m’installe dans la pénombre de sa chambre, commence à la bercer. Elle qui tombait de fatigue il y a trente secondes me fixe maintenant de ses yeux grands comme des soucoupes. D’un air narquois.

Pendant que j’entonne une berceuse, nos regards transmettent une toute autre chanson:

C’est la poulette grise
(Moi: Tu es fatiguée, chérie. Dors donc.)
Qui pond dans l’église
(Elle: Je suis prête à concéder une certaine fatigue.)
Elle va pondre un beau petit coco
(Moi: Mais pas à dormir?)
Pour Bébé qui va faire dodiche
(Elle: Qu’esse t’en penses?)
Elle va pondre un beau petit coco
(Moi: Sois raisonnable. Tu vas tellement être de meilleure humeur après une bonne sieste!)
Pour Bébé qui va faire dodo
(Elle: Qu’est-ce qui te fait croire que je veux être de meilleure humeur?)
Dodiche dodo
(Moi: … Bon, écoute, peut-être que tu ne veux pas dormir, mais moi, j’ai besoin que tu dormes.)
Dodiche dodo
(Elle: Heille, t’as vu l’affiche sur le mur? Vraiment belle. Qui l’a mise là?)
C’est la poulette noire
(Moi: Tu m’entends? J’AI VRAIMENT BESOIN QUE TU DORMES!!! Vraiment. Besoin. Que tu dormes.)
Qui pond dans l’armoire
(Elle: Bon, d’accord, je vais dormir. Mais c’est parce que tu es vraiment trop pathétique.)
Elle va pondre un beau petit coco
(Moi: …)
Pour Bébé qui va faire dodiche
(Elle: Zzzzzz…)
Elle va pondre un beau petit coco
(Moi: Aaaaaaaaaaaaaallll right! Victoire! Je t’ai eue! Gna gna gna gna gna! Allez, au lit, poulette! Ta mère est peut-être pathétique mais elle a quand même gagné! Wouhouuuuu!)
Pour Bébé qui fai-euh dodo
Dodiche dodo

Je me lève doucement, savourant la respiration profonde de Petite Chérie Bis. Un 10 minutes de lecture sérieuse, et ensuite, Lawrence Block, je suis à toi! (En plus je suis sur le point de deviner qui est l’assassin.)

Délicatement, je dépose Bébé dans son lit. Qui se met à me fixer de ses yeux grands comme des soucoupes. D’un air narquois. Tu pensais peut-être m’avoir bernée, mais j’ai gagné.

Tu m’entends? J’AI gagné.

***

Je crois que je vais réviser cette politique d’endormir Bébé dans la chaise berçante afin de profiter de la douceur de ces premières années qui passent si vite. Je ne crois pas que je pourrai supporter ce genre de mépris encore longtemps.

Share
Ce contenu a été publié dans l'anarchie la plus totale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>